Psychologie Sophrologie Hypnose Coaching de vie – Méditations guidées

LYDIA BOUSQUET Psychothérapeute SAINT ALBAN-LEYSSE 73230 vous accompagne dans vos difficultés liées aux relations amoureuses, à la souffrance au travail, au stress, à l'hyperémotivité, à l'angoisse , à l'anxiété, aux phobies, aux addictions et aux troubles du comportement alimentaire avec une nouvelle approche holistique de psychonutrition. CONTACT : 06 08 57 02 50

 Psychologie Sophrologie Hypnose Coaching de vie – Méditations guidées

ÊTES-VOUS DANS L’INSATISFACTION PERMANENTE ?

Nous avons tous un petit côté perfectionniste, envie de bien faire, de se dépasser pour ce qu’on aime. Mais parfois, ce perfectionnisme vire à l’insatisfaction permanente, nous connaissons tous des éternels insatisfaits.

Qu’est-ce qui ce cache derrière le perfectionnisme ?
Selon les spécialistes, le perfectionnisme se définit « comme  le besoin de faire quelque chose qui tend vers la perfection, faire du mieux possible »

Est-ce un défaut ou une qualité  ? Continuer la lecture

Spread the love

LA PISTE DU TEMPS

En thérapie nous utilisons deux pistes du temps.

    1. La piste du temps du patient

    La piste du temps de l’archiviste

Le temps est invisible, mais la conscience du « JE », peut y retourner.
un schizophrène, par exemple, est à l’extérieur de la piste du temps, il ne peut pas y retourner.

Le JE peut y retourner, si il n’y arrive pas, c’est qu’il est coincé dans le temps présent ou dans un nœud énergétique que l’on peut aussi appeler engramme. Blocage du flux énergétique, émotion non résolue et ADN enchevêtrées. Nous savons aujourd’hui que L’ADN humain  influence la matière dont le monde est fait. Ces blocages peuvent provenir aussi d’expériences vécues que du transgénérationnel.

Le rôle du thérapeute est d’aider le patient à démêler ces blocages  pour accéder à des sentiments d’amour profond et d’appréciation pour pouvoir modifier intentionnellement la forme de l’ADN.

Spread the love

LE MYTHE DE L’AMOUR SANS CONFLIT

LA VIE EST UN LONG FLEUVE TRANQUILLE : Le mythe de l’amour sans conflit

Qui ne rêve pas d’un couple tellement harmonieux qu’il n’y aurait jamais d’éclat, de mot plus haut que l’autre, de crispations…?
Les choses couleraient naturellement, sans vague, sans tempête ni courant fort. Un couple qui résoudrait intuitivement tous ces désaccords, sans heurt: « Nous nous aimons tellement que nous arrivons à être toujours d’accord. »
Certains vont en effet jusqu’à ce persuader de cela et affirmer que leur complicité est telle qu’ils se comprennent sans même se parler tout le temps. Nous sommes nombreux à fantasmer sur ce type de couple. Vous en rêvez surement aussi, et pourtant , vous constatez que cela ne fonctionne pas toujours si bien dans votre quotidien…

Avant de comprendre cette tension entre un amour « parfait » et la réalité, posez-vous Continuer la lecture

Spread the love

LA FRATRIE A L’ÉPREUVE DU TEMPS

On peut aimer une amie comme une sœur, mais on peut aussi se détesté comme des frères ennemis.

Nous pouvons considérer que tout commence par un sentiment de trahison, qui s’il se calme pendant de nombreuses années, risque de resurgir violemment Continuer la lecture

Spread the love

LE BON, LA BRUTE ET LE TRUAND – Enjeu du tribunal moral

LE BON, LA BRUTE OU LE TRUAND

LE BIEN, LE FORT ET LE MAL

Nos interactions forment l’enjeu du tribunal moral

 
Le discours sur les intentions engendre un pataquès inextricable, où le fait d’imputer directement à nous même ou à nos proches ce qui nous fait mal revient à augmenter la souffrance.
Cette contradiction aggrave hyperboliquement la souffrance, puisqu’elle implique que nous ne pouvons pas en même temps être liés par des liens d’affections (amis, amants, parents, frères, sœurs, etc) alors qu’entre nous, il se passe « ça, l’anomalie, l’accident dont la conscience ne peut pas plus douter que de sa propre souffrance » (le grain de sable qui désorganise le système, la goutte d’eau qui fait déborder le vase, l’opinion différente etc).
 
Par exemple :
Dire à une personne qu’elle se trompe sur ce qu’elle est, sur ce qu’elle sent, sur ce qu’elle veut, c’est la destituer de son statut de première personne, ce qui reviens ni plus ni moins à dire JE à sa place. Cette substitution à la conscience de soi rend littéralement fous les humains; elle revient à leur révéler qu’ils n’ont aucun contrôle sur leur identité. Il y a là une telle violence que ceux qui la commettent, c’est à dire presque tout le monde, devraient être condamnés à des pénalités de silence.
 
Mais condamnés par qui ?
Par ceux d’en face, qui font la même chose ?
 
Pour résoudre cette contradiction entre son objet d’amour et sa souffrance, surtout lorsque cette contradiction est très frontale, très simplifiée, la conscience individuelle incline tout naturellement à s’attaquer à l’image de l’autre: voilà pourquoi elle parle à sa place et lui explique ses intentions à lui (l’autre), du point de vue de sa souffrance à elle (conscience).
Tel est l’enjeu du tribunal moral, où il nous arrive d’adopter l’attitude de juges les uns envers les autres. Avant d’aborder les notions de non jugement, il est indispensable d’avoir admis ceci, qui me semble être l’un des piliers d’une éthique des interactions:
 
La souffrance Précède l’évaluation.
 
En d’autres termes, les humains ne se posent pas la questions « du bien et du mal ». Le problème qu’ils rencontrent régulièrement est plutôt :
 
Pourquoi ai-je mal ?
Où est le mal ?
 
Il semble donc essentiel de ne pas préjuger de l’intention de l’autre, mais de regarder la brèche ou est venue s’engouffrer notre souffrance.
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Spread the love

L’ENFER

L’ENFER

L’enfer, c’est toujours de faire les choses en s’en foutant
C’est de vivre en pensant à autre chose
L’enfer c’est de ne jamais être là, mais toujours un peu en avant ou après
L’enfer c’est de regretter quelque chose et d’en attendre une autre
C’est de ne pas écouter l’autre quand on vous parle, parce qu’on s’emmerde partout et qu’on n’a pas de raison que ça s’arrête
L’enfer, c’est la vie gâchée à attendre la vie
L’enfer c’est la pensée gâchée à penser à autre chose. C’est là ou l’on voit les choses interminables. On l’on voit le temps passer.
Le temps passe toujours trop lentement, ou les journée sont interminables comme des siècles.

Dès que l’on ne voit plus le temps passer, c’est qu’on est passé à l’intérieur.
Là, tout s’allume, tout s’illumine

Le royaume, c’est un état que l’on atteint quand on ne voit pas le temps passer
C’est comme la fête ou l’amour mais transférer à tous les moments de la vie.

 

 

 

 

 

Spread the love

LA FRATERNITÉ

Développement de la conscience et de la connaisance

Chacun doit travailler à son propre développement, à condition qu’il ne le fasse pas uniquement pour lui même. Que sa conscience et sa connaissance illumine également le bien de la collectivité.  A ce moment là, la collectivité devient une fraternité où règne une véritable cohésion, parce qu’en travaillant pour lui même, chaque individu travaille aussi consciemment pour le bien de tous.

« Il existe un remède universel pour rétablir la santé et l’équilibre dans l’organisme. Ce remède c’est l’amour. La vie et l’amour sont liés, et pour que l’amour circule en abondance, il faut appeler l’amour. La voie , voix du cœur.  Oui la vie naît de l’amour. Là où il y a de l’amour, il y a de la vie. Là ou l’amour diminue, c’est la mort qui approche. Toutes les religions nous enseigne l’amour envers Celui qui donne la vie. Cet Être qui remplit l’univers, nous pouvons Le trouver partout. Il est dans la terre, dans les plantes, dans l’eau, dans l’air, dans le feu, dans l’organisme des animaux, dans notre organisme, dans le soleil, dans les étoiles, partout. (Omraam Mikhaêl Aïvanhov)

Spread the love

LES EMPRISES NÉGATIVES SONT UNE MÉPRISE

Vous devez prendre conscience des dangers qu’il y a à rester longtemps sous l’emprise de pensées, d’émotions et de sentiments négatifs. On ne peut éviter d’éprouver des déceptions, des chagrins, de l’irritation, mais il faut tout faire pour ne pas rester là, car on finit par être complètement ligoté, submergé. Vous devez profiter du laps de temps où il est encore facile de vous dégager, car vous n’êtes pas de taille à lutter.

Se débattre dans l’obscurité n’a jamais fait jaillir la lumière : il faut sortir de cette situation. Si vous restez longtemps dans le mécontentement, la jalousie, la rancune, la colère, ce sont eux qui finiront par avoir le dessus et par vous détruire. Il faut tout de suite essayer d’échapper à ces états, aller plus haut et les remplacer par des pensées et des sentiments positifs, c’est ainsi que vous serez sauvé.

Commencez la journée en vous disant que vous allez vivre avec amour, manger, respirer avec amour. Vous pensez que vous savez tout cela…non vous ne le savez pas. Quand vous commencerez à comprendre vraiment, avec tout votre être, ce qu’est de vivre avec amour, toute votre vie sera changée. L’amour jaillira sans arrêt du matin au soir, et m^me quand vous dormirez.

Vivre avec amour, c’est vivre dans un état de conscience qui harmonise tous les actes de la vie, qui maintient l’être dans un parfait ^état d’équilibre, un état de conscience qui est une source de joie, de force, de santé.

Vivre avec l’amour c’est savoir que le seul problème est la séparation et que la solution a se problème est l’union, l’unité, le tout.

Tous veulent être appréciés et reconnus pour ce qu’ils font, et s’il ne le sont pas, ils sont déçus, aigris, il se rongent. Eh bien, voilà une faiblesse dont il faut se débarrasser. Du moment ou l’on est conscient que son activité est bénéfique, désintéressée, lumineuse, et que l’on a confiance dans les lois cosmiques, on sait qu’un jour ou  l’autre on recevra l’estime et la place que l’on mérite.

Si il y a une chose à laquelle vous devez croire, c’est à l’existence des lois de l’univers. UNI VERS.

Vous prononcez un mot, vous faites un geste, vous avez un désir, une pensée : aussitôt ils sont classés, et il produisent des résultats. C’est sur ces lois qu’ils faut compter, car tout peut changer autour de vous, sauf ces lois: elles vous enverront un jour ou l’autre exactement ce que vous méritez, d’après la façon dont vous aurez travaillé. Ne comptez dont sur rien d’autre que votre travail.

Et votre travail, c’est de cultiver votre force intérieur. Pour dépasser son égo, il faut d’abord qu’il soit solide. Pour s’oublier il faut être très fort!

Écoutez vos symptômes, ils sont porteurs de messages, des jeux de piste vers le JE RÉEL
Chaque maladie concrète ou potentielle est le témoin de notre état. La maladie c’est la masse conflictuelle qui n’a pas été réglée. Parfois elle est le seul moyen de nous faire REVOIR la réalité et enfin sortir de l’illusion.

La thérapie à pour but de sortir du conflit  OUI MAIS pour aller vers le OUI ET et enfin pouvoir dire un OUI plein !

Spread the love

SYSTÈMES FAMILIAUX, SYSTÈMES COLLECTIFS ET STRESS

L’un des concepts fondamentaux de la théorie des systèmes familiaux est celui de la différenciation, définie, « comme la capacité d’être en relation émotionnelle avec les autres tout en demeurant autonome dans son fonctionnement émotionnel ».

Une personne peu différenciée « ne reconnait pas de limite émotionnelle entre elle même et les autres, ni celle qui empêche ses processus mentaux d’être submergés  par ses processus émotionnels. Elle absorbe automatiquement l’anxiété des autres et génère une anxiété considérable en elle même. » Continuer la lecture

Spread the love

QU’EST-CE QUE VAUT LA VIE ?

Qu’est-ce que vaut la vie, si vous n’êtes pas fidèle à vos convictions ?

MON CHEMIN ET CE QUE LA VIE M’A APPRISE!

Une existence est faite d’éléments contradictoires. Quand on en parle, on l’air d’être devenu ondoyant. On affirme un jour le malheur, le lendemain dans un autre contexte, on dira exactement le contraire. Ce n’est qu’une apparence. Seules les circonstances ont changé. LA VIE EST UNE LIGNE CONTINUE.

Tout se tient, tout est dans tout; cela nous a constitué.

Nous sommes façonnés par notre environnement; en même temps, nous le façonnons! C’est pour moi la m^me évidence au sujet de Dieu. Il nous crée et nous le créons aussi.

Il est plus facile de se plier au circonstance que de vouloir les plier. La ligne n’est pas rompue pour autant. Les autres ne la décèle pas toujours. Elle est notre refuge intérieur. Notre permanence.

QUE TROUVE T-ON DANS CE REFUGE ?

Nos certitudes;
pour les uns la vie illimitée, Dieu, ceux que l’on a aimés qui sont partis … pour les autres le silence.

Quand l’aide arrive, on le sait, on le sent, on l’accepte. On ne peut pas faire autrement que l’accepter, de dire : c’est bien, c’est bien ça, de dire Merci; Il y a toujours une aide à notre portée.

Nous avons les clés et nous ne les voyons pas. Il faut croire aux clés. La première chose à faire, c’est d’être persuadés que nous sommes, que nous serons aidés. Si nous ne voyons que le mal, que la peine, tout ce qui est négatif, nous fermons la porte au secours, nous nous enfermons par égoïsme, par impuissance dans une coquille impénétrable et nous étouffons.

 

Spread the love