Méditations Psychologie Sophrologie Hypnose

LYDIA BOUSQUET Psychothérapeute à La Motte-Servolex 73290 vous accompagne dans vos difficultés liées aux relations amoureuses, à la souffrance au travail, au stress, à la confiance en soi, à l'hypersensibilité, à l'hyperémotivité, à l'angoisse , à l'anxiété, aux phobies et aux addictions. CONTACT : 06 08 57 02 50

Méditations Psychologie Sophrologie Hypnose

INFORMATION IMPORTANTE: emménagement à la Motte-Servolex

Mis en avant

Depuis 1er Septembre 2022, Lydia Bousquet est installée à La Motte-Servolex en Savoie.

En recherche d’un local pour recevoir en présentiel, dans un premier temps, toutes les consultations se feront soit :

En Télé-consultation via la plateforme DOCTOLIB,
En visio directement via ZOOM, WATSAPP , Prise de rendez-vous au 06 08 57 02 50
A votre domicile (Maximum 15 km autour de La Motte-Servolex),  prise de RDV au 0608570250


 

 

 

 

Spread the love

LE CADEAU

PRENDRE CONSCIENCE DE SON HYPERSENSIBILITÉ EST UN CADEAU

Beaucoup d’entre nous ignorent ou nient leur hypersensibilité. Certains vont jusqu’à refouler derrière une froideur, une distanciation glaçante. Ils ne sont pas en paix avec eux-mêmes. Ils trichent et finissent, tôt ou tard par s’effondrer.

Chaque individu est singulier, nos filtres cérébraux n’ont pas la même puissance. Chez certains, le maillage est très fin, les filtres sont très performants, parfois trop. Et beaucoup d’éléments, d’informations leurs restent imperceptibles. Certes ils ne sont pas parasités par ces éléments qui détournent de la tâche effectuée, ils sont capables d’une concentration exceptionnelle. Mais d’une certaine manière, ils sont sous-informés. Leur vie risque d’être monotone.

Chez d’autres, appelés hypersensibles, le maillage est plus souple et le tri moins rigoureux. De ce fait, ils reçoivent une quantité d’informations provenant de différentes sources, que la majorité ne perçoit pas, mais auxquelles ils réagissent. On dira à tort qu’ils surréagissent.

  • Ils ressentent plus fort les bruits, les odeurs, le froid, la chaleur et jusqu’aux moindre dysfonctionnement de leur organisme. Ils perçoivent toutes sortes de signaux d’ordre de l’émotionnel et leur répondent avec une certaine intensité. Ils ont les larmes aux yeux ou se mettent en colère, ou encore explose de joie sans que leur vis à vis, qui n’a rien perçu d’extraordinaire, comprenne cette réaction. Ce flux important à également un impact au niveau cognitif. Suralimentée en informations, en données, leur intelligence est singulière, plus intuitive.

  • Ils « captent » une situation, une solution, sans toujours savoir comment ils l’ont perçue et comprise, et sans jamais passer par les chemins de la logique conventionnelle

COMMENT FAIRE POUR TROUVER UN NOUVEAU GPS ADAPTÉ POUR S’ORIENTER DANS LA VIE ?

Cela demande une certaine discipline:
Apprendre à établir la distinction entre ce que l’on ressens et la manière dont il convient d’agir à partir de la chance de ressentir. Rétablir l’équilibre entre les antennes surdéveloppées et les filtres atrophiés, en conservant une belle sensibilité qui donne un caractère enrichissant. Cela fait, on réussit à faire la paix avec soi et on se fiche la paix.

VOICI UN EXERCICE POUR T’AIDER DANS CETTE APPROCHE:

Dresse la liste de ce qui est trop pour toi. Certaines sensations comme le bruit ou la lumière, des émotions qui te submergent, une empathie excessive ? Trop de distance, de froideur, trop d’amour…

Identifier tous les trop est un premier pas.

Une fois que tu as reconnu ces trop? tu peux commencer à faire la paix avec eux, ou du moins à t’adapter à eux.
Si les pulls en laine qui pique ou les cols de chemise sont un problème pour toi, note le et évite-les. C’est simple!

CE QU’IL FAUT RETENIR

  • Nombreux sont les hypersensibles, plus rares sont ceux qui se reconnaissent sous ce vocable chargé de préjugés, associé, à tort, à une forme de faiblesse, de fragilité.
  • Se reconnaître hypersensible est le fruit d’un travail. Son point de départ : établir le lien entre ces phénomènes divers, parfois étranges, parfois gênant et invalidants ou bien encore exaltants, qui tissent notre vie.
  • L’hypersensibilité est un phénomène complexe, subtil et déconcertant, qui prend différentes formes. Il y a sans doute autant de formes d’hypersensibilité que d’individus hypersensibles.

La reconnaissance de son hypersensibilité est un cadeau extraordinaire qui change la vie. Tout fait sens, tout deviens moins pénible, moins douloureux.

Parcours ta vie en toute objectivité avec le prisme de l’hypersensibilité.
Met-il en lumière certains phénomènes que tu avais du mal à comprendre et dont tu ne voyais pas le tronc commun ?
Ce simple passage en revue, comme un observateur extérieur, peut-être libérateur. Tu comprend qui tu es. pleinement entier

Tu vois que tu peux entamer le chemin, que tu n’es pas à part mais une part entière de l’univers. Un faisant parti du tout.

 

 

 

Spread the love

L’HISTOIRE DE TA VIE EST IMPORTANTE

je devrais plutôt tenter de dire ce que les rencontres, les séparations, les découvertes, les éblouissements comme les désespérances m’ont appris dans le sens de me découvrir, de me construire, d’influencer le déroulement de mon existence.

J’ai ainsi appris que la vie n’est faite que de rencontres et de séparations et qu’il nous appartient de les vivre en acceptant de nous responsabiliser face à chacune.

 

J’ai appris encore qu’il y a toujours une part d’imprévisible dans le déroulement des jours et donc qu’il m’appartenait de savoir accueillir les cadeaux inouïs ou les blessures qui peuvent surgir dans l’immensité d’un jour.

J’ai appris bien sûr à vivre au présent, à entrer de plain-pied dans l’instant, à ne pas rester enfermé dans mon passé ou me laisser envahir par des projections sur un futur trop chimérique.

J’ai appris tardivement à remercier, chaque matin, la Vie d’être présente en moi et autour de moi, à l’honorer chaque fois que cela m’est possible, à la respecter en toute occasion, à la dynamiser avec mes ressources et mes limites.

J’ai appris difficilement à m’aimer, non d’un amour narcissique ou égocentrique (même si la tentation était grande) mais d’un amour de bienveillance, de respect et de tolérance.

J’ai appris avec beaucoup de tâtonnements à me respecter en osant dire non quand je suis confronté à des demandes qui ne correspondent pas à mes possibles ou à ma sensibilité.

J’ai appris avec enthousiasme que la beauté est partout, dans le vol d’un oiseau, comme dans le geste d’un enfant pour tenter de capter le vol d’un papillon ou encore dans le sourire d’un vieillard qui croise mon chemin.

J’ai appris patiemment que nul ne sait à l’avance la durée de vie d’un amour et que toute relation amoureuse est une relation à risques. Des risques que j’ai pris.

J’ai appris douloureusement que je n’avais pas assez pris de temps pour regarder mes enfants quand ils étaient enfants, que j’aurais dû savoir jouer et rire avec eux, plus souvent et surtout chaque fois qu’ ils me sollicitaient, que je n’avais pas su toujours les entendre et les accueillir dans leurs attentes profondes et surtout que j’avais trop souvent confondu mon amour pour eux avec quelques-unes de mes peurs tant je voulais le meilleur pour eux, tant je désirais les protéger des risques (que j’imaginais) de la vie.

J’ai appris avec beaucoup de surprise que le temps s’accélérait en vieillissant et qu’il était important non pas d’ajouter des années à la vie, mais de la vie aux années.

J’ai appris malgré moi que je savais beaucoup de choses avec ma tête et peu de choses avec mon coeur.

J’ai appris que je pouvais oser demander si je prenais le risque de la réponse de l’autre aussi frustrante ou décevante qu’elle puisse être, que je pouvais recevoir sans me sentir obligé de rendre, que je pouvais donner sans envahir l’autre et refuser sans le blesser.

J’ai appris, sans même le vouloir, que j’avais des besoins et qu’il ne fallait pas les confondre avec des désirs.

J’ai appris avec soulagement que je pouvais désapprendre tout l’inutile dont je me suis encombré pendant des années.

J’ai appris joyeusement à planter des arbres, c’est le cadeau le plus vivant que je peux faire jusqu’à ma mort à cette planète merveilleuse qui a accueilli mes ancêtres et surtout mes géniteurs.

J’ai appris doucement à recevoir le silence et à méditer quelques minutes chaque jour pour laisser aux vibrations de l’univers la possibilité de me rejoindre et de m’apprivoiser encore un peu.

Oui, j’ai appris beaucoup dans ma vie et pourtant je cherche encore l’essentiel.

Jacques Salomé est l’auteur de: À qui ferais-je de la peine si j’étais moi-même? aux Éditions de l’Homme

Spread the love

LE SILENCE DANS LE COUPLE

Le silence d’un couple qui partage un banc, qui dîne en tête à tête peut exprimer la profondeur d’une communion qui n’a plus besoin de paroles.

A l’inverse, ils peuvent ne plus être capable de parler.

LE PREMIER SILENCE EST UN SILENCE DE COMMUNION ET LE DEUXIÈME EST SILENCE DE RUPTURE.

Ces deux formes opposées portent chacune un message très fort.

Le premier dit : JE T’AIME
le deuxième dit : C’EST FINI DE NOTRE AMOUR

Communion et contemplation ne peuvent pas être séparés, elles vont de pair.
Pour communier vraiment avec une autre personne, on doit la connaître et rester auprès d’elle en silence, l’écouter, la regarder avec amour.

Le véritable amour et la véritable amitié vivent toujours dans cette réciprocité, cette coopération de regards, silences intenses, éloquents, remplis de respect et de vénération, afin que la rencontre soit vécue en profondeur de façon personnelle et non pas superficielle.

Voilà la véritable anticipation du silence divin que nous sommes tous appelés à connaître.

Spread the love

QU’EST CE QUE LA SANTÉ?

La santé est présente et nous obsède de plus en plus. Mais qu’est ce que la santé ?

La santé est vue comme l’état naturel de tout quand l’interprétation est laissée à un esprit sain qui ne perçoit pas l’attaque sur qui que ce soit .

La santé est le résultat du renoncement à toute tentative pour utiliser le corps sans amour.

La santé est le commencement de la façon correcte de voir la vie sous la seul direction de l’Enseignant qui connaît ce qu’est la vie, étant la voix, voie pour la vie même.

Le corps est le moyen de communication de l’amour, la joie, la vie.

Pour être en santé, il est emportant de consulter le cœur qui a deux voix,

  1. celle de l’amour de la vie
  2. Celle de la peur de la vie

La joie est l’opposée de la dépression.

Nous comprenons mieux le « connait toi toi même, tu connaitras l’univers des Dieux ».

Ma prière du jour

Que chacun puisse rencontrer l’enseignement qui réintègre l’amour, la paix et la joie .
Que les perceptions du corps soient le reflet de la juste interprétation de votre esprit sain pour la santé de de l’humanité, des animaux et de notre chère planète unie au cosmos.

 

Spread the love

LAISSER ENTRER LA TRISTESSE

voyage spirituel

La douleur émotionnelle n’est pas seulement un problème d’ordre psychologique. C’est un problème spirituel. La dépression est peut-être, ou pas un trouble cérébral, mais elle est certainement une affection de l’âme. Il est impossible de s’en débarrasser en s’en remettant simplement à la médecine ou à la psychothérapie traditionnelle. Comment une méthode qui ne reconnait pas l’existence de l’âme pourrait-elle la guérir?

Au cours de ces dernières décennies, le corps médical s’est approprié la question de la dépression en dissociant artificiellement les termes « tristesse » et « dépression », ce qui est d’aucune utilité, sauf pour l’industrie pharmaceutique. Cette dissociation est une construction manipulatrice, qui sert la vente des traitements médicaux, mais n’apporte tien au traitement du problème. Les gens parlent à présent de « dépression clinique » comme si cette maladie était détectable à l’aide d’une prise de sang. On pourrait donc dépister la dépression en cochant les cases d’un questionnaire.

Évidemment les gens ont besoins parfois de toute l’aide possible, médicamenteuse ou autre, et le traitement médicalisé de certains troubles mentaux tel que le désordre bipolaire ou la schizophrénie, peut sauver des vies. Mais bien que dans certains cas l’utilisation de médicaments puisse être efficace, voire vitale, cette consommation irréfléchie d’antidépresseur en constante augmentation n’est certainement ni efficace ni vitale.

Aujourd’hui, des centaines de milliers personnes, après avoir simplement mentionné à une ou deux reprises qu’elles traversaient une période difficile, sortent de chez le médecin avec une ordonnance entre les mains. Nous sommes bombardés de tous les cotés par l’illusion d’une vie plus heureuse grâce à la chimie.

Tous ceux qui traversent une période difficile, voire très difficile, ne sont pas atteints de maladie mentale. Il est important de ne pas minimiser les questions de santé mentale, mais il est tout aussi essentiel de ne pas pathologiser ) outrance la souffrance humaine. La vie peut être douloureuse. Le passage à l’âge adulte est difficile, mais ce n’est pas une pathologie mentale. Un divorce est difficile mais ce n’est pas une défaillance mentale. Le deuil d’un proche est douloureux, mais ce n’est pas un trouble mental. S’il en est une, la seule pathologie mentale est cette idée pernicieuse que la profonde souffrance en est une.

Une vision du monde trop tournée vers l’extérieur nous éloigne de notre âme, notre essence et engendre de la souffrance. Ce n’est qu’en nous connectant à notre âme par la voie du cœur associé à notre cerveau que nous pourrons nous libérer de la douleur. Récupérer notre âme ne se fait pas en versant de la lumière sur notre obscurité, mais en exposant progressivement notre obscurité à la lumière. Nous devons exhumer nos zone d’ombre, notre résistance à l’amour, pour les libérer. Et ce processus ne nous rend pas forcement heureux. Mais en évitant la tristesse, nous évitons notre vie.

Éviter la tristesse amoindrit notre capacité d’apprendre d’elle. Comment comprendre profondément ce que nous n’avons pas réussi à voir ?

Tout comme les bébés développent les anticorps dont ils ont besoin qu’en étant exposés aux bactéries, les gens qui évitent à tout prix de souffrir ne développent pas les compétences émotionnelles nécessaires pour y faire face.

En reconnaissant la signification spirituelle de notre tristesse, nous trouvons sa place dans notre psyché et comme dans notre vie. Nous prenons conscience de ce qui nous à éloignés de l’amour, des autres, et donc des forces supérieures. Ainsi en reconnaissant la véritable racine de notre souffrance, nous retrouvons notre puissance et agissons sur le problème à l’endroit même ou il se trouve.

Cette proportion au « moi d’abord » est la cause de notre épidémie de malheur; En changeant notre attitude de façon collective, nous guérissons. Une société dont les systèmes sociaux et économiques nous incitent à vivre séparés d’avec soi même, es autres et de la terre sur laquelle nous vivons est une société qui n’apporte que de la souffrance.  C’est un monde malade, qui traite de fous ceux qui n’y trouve pas leur place. Essayer de s’adapter à une société dysfonctionnelle ne nous guérit pas de notre souffrance, c’est une façon pernicieuse d’aggraver notre désespoir.

D’un point de vue spirituel, l’humanité est atteinte de déficience cardiaque. Pour guérir d’une fracture, nous ne pouvons pas nous contenter d’avaler un antidouleur. Nous devons réparer l’os. Pour guérir notre cœur malade, avaler un antidouleur n’est pas non plus une réponse suffisante. Nous devons restaurer notre pensée.

Embrasser votre tristesse, elle vous en dira long sur la connaissance de soi.

Bonne méditation

 

 

Spread the love

COMMENT FAIRE FACE STRESS?

SOLUTION STRESS

COMMENT S’EXPRIME LE STRESS ?

Le stress s’exprime par une disponibilité accrue d’action du corps et augmente la tension artérielle et la fréquence cardiaque. Aujourd’hui, il est établi que les situations de stress telles qu’une ambiance de travail insatisfaisante, une relation de couple conflictuelle, une limitation de la liberté personnelle et d’autres difficultés sociales représentent elles-mêmes un facteur de risque pour les maladies vasculaires et favorisent d’autres facteurs de risques comme les addictions médicamenteuses, tabagisme, alcoolisme, jeux, excès de poids , hypertension artérielle.

COMMENT FAIRE FACE ET TROUVER DES SOLUTIONS POUR LÂCHER LA PRESSION?

Tout d’abord, réfléchissez à ce qui vous pèse le plus. la deuxième étape consiste à créer un soulagement en repensant fondamentalement votre style de vie, en intégrant consciemment des moments de détente dans votre vie quotidienne, et en cherchant de manière accrue le contact et le dialogue avec des gens qui vous sont sympathiques. En outre, compensez le train-train journalier en faisant de l’exercice ou du sport. Des méthodes de relaxation sont aussi utiles pour diminuer la pression et vous apaiser, comme le yoga, le training autogène, la sophrologie, ou l’amélioration de la technique respiratoire.

 

Spread the love

La voix du futur

Parler du futur, c’est user d’un langage à jamais en avance sur lui même, à propos d’évènements qui ne se sont pas encore produits, pour les assigner au passé, à un « déjà » éternellement retardataire.

ET c’est dans cet espace, entre le discours et l’acte, que s’ouvre une faille, et quiconque contemple un tel vide, ne fût-ce qu’un instant, est pris du  vertige de l’anxiété et se sent basculer dans l’abîme. La voix du futur, précurseur d’une attaque de panique pouvant déboucher sur une dépression si l’on s’y  accroche.

 

 

 

 

 

Spread the love

LE CONTRAIRE DU JEU N’EST PAS LE TRAVAIL !

En effet, d’après plusieurs études se rapportant à la philosophie de l’enseignement des écoles AGORA, il a été constaté que les enfants apprennent mieux lorsqu’ils sont libres, dans une communauté, tous âges et niveaux mêlés, avec des coachs  et des moniteurs de Jeu. Il apparait que l’apprentissage ludique rend plus intelligent et plus heureux .

LE CONTRAIRE DU JEU N’EST PAS LE TRAVAIL! cette phrase à été écrite par le psychologue  Brian Sutton-smith. Le contraire du jeu, c’est la dépression.

Quand nous voyons la façon dont travaillent beaucoup d’entre nous, sans liberté, sans jeu, sans motivation intrinsèque, il n’est pas surprenant qu’il y ai de plus en plus de gens dépressifs. L’Organisation Mondiale de la Santé déclarait le 30 mars 2017 dans « que la  dépression est devenue l’épidémie numéro un au niveau mondial. Il semble qu’aujourd’hui elle soit détrônée, cependant elle n’est pas à négliger.

Notre plus grand déficit, ne se trouve pas dans le budget de l’état, mais en nous.

C’EST UN DÉFICIT DE SENS. UN DÉFICIT DE JEU!

 

 

Spread the love

Derrière les masques, guérir de nos blessures intérieures

ACCEPTER NOS MASQUES POUR GUÉRIR DE NOS BLESSURES INTÉRIEURES

D’après le concept de lise Bourbeau, nous portons tous des masques et ces derniers sont le reflet de nos blessures intérieures.

Nos interactions dans nos relations parfois réveillent nos blessures . Selon cette étude, nous avons 5 blessures essentielles que nous portons a différents niveaux.

 

  1. LE REJET
  2. L’ABANDON
  3. L’HUMILIATION
  4. LA TRAHISON
  5. L’INJUSTICE

 

LE REJET

Lorsque votre blessure du rejet est activée, vous mettez le masque de fuyant. Celui-ci vous porte à vouloir fuir la situation ou la personne avec qui vous croyez avoir du rejet, par peur de paniquer et vous sentir impuissant. Ce masque peut aussi vous convaincre de vous sentir invisible en vous retirant à l’intérieur de vous-même, en ne faisant Continuer la lecture

Spread the love